Machines et Equipments MFO

Nouvelles
Des enjeux de taille pour la Marine américaine


6 avril 2021
Par Pierre Deschamps

Dans son rapport publié en mars sur la capacité des chantiers navals de la Marine américaine à entretenir ses sous-marins, le Congressional Budget Office (CBO), une agence fédérale américaine, fait état de plusieurs enjeux de taille en matière de maintenance.

Les 70 sous-marins de la Marine américaine représentent près du quart de sa flotte totale. Comme tous les navires de guerre, ces sous-marins nécessitent plusieurs périodes d’entretien intensif pendant leur durée de vie utile. La politique de la Marine exige que la plupart des travaux d’entretien des navires à propulsion nucléaire (tous les sous-marins américains sont à propulsion nucléaire) soient effectués par les quatre chantiers navals qu’elle possède et exploite.

Ces quatre chantiers navals publics ont connu de longs retards — parfois jusqu’à plusieurs années — dans l’entretien des sous-marins. Par exemple, après les révisions, les sous-marins de classe Virginia sont retournés aux opérations près de neuf mois plus tard que prévu, en moyenne. Les travaux d’entretien des sous-marins de classe Los Angeles ont mis quatre mois et demi de plus que prévu, en moyenne.

Advertisement

En réponse à ces retards, la Marine a envoyé plusieurs sous-marins dans des chantiers navals privés pour entretien au cours des dernières années, mais elle effectue toujours la grande majorité de l’entretien des sous-marins dans ses propres chantiers navals. Elle a également augmenté le nombre de travailleurs dans ses chantiers navals et pris des mesures pour améliorer la productivité.

Par ailleurs, le rapport du CBO souligne que, à moins d’autres changements, l’entretien requis devrait dépasser la capacité des chantiers navals de la Marine dans 25 des 30 prochaines années.

Deux facteurs ont été les principales causes des retards dans les chantiers navals de la Marine : la quantité d’entretien que les chantiers navals doivent effectuer dans chaque révision a augmenté, et la Marine n’a pas embauché suffisamment de nouveaux travailleurs pour suivre le rythme de la charge de travail. Ces facteurs ont augmenté le nombre de jours que les navires nucléaires passent dans le chantier naval et le nombre de jours de travail nécessaires pour terminer leurs révisions. Les révisions ont dépassé de 13 % à 26 % le nombre de jours de travail prévus pour les révisions, selon la classe du navire.

Les retards d’entretien ont été plus aigus pour les sous-marins d’attaque parce que ces navires sont moins prioritaires dans les chantiers navals que les sous-marins à missiles balistiques et les porte-avions. Au cours des 12 dernières années, les révisions des sous-marins d’attaque ont généralement pris de 20 % à 40 % plus de temps que prévu, tant en termes de nombre de jours de travail requis pour terminer les travaux et que pour le temps passé par les navires dans un chantier naval.

Le rapport signale qu’une pénurie de main-d’œuvre était la principale raison des retards passés. Pourtant, au cours des dernières années, la Marine a augmenté ses embauches, atteignant son objectif d’avoir environ 37 000 travailleurs dans les chantiers navals publics. De plus, la Marine prend des mesures pour améliorer la productivité, y compris la réparation et la refonte de ses chantiers navals. Mais cela ne suffira pas puisque, comme le souligne le rapport, que la demande d’entretien au cours des prochaines décennies dépassera l’offre de main-d’œuvre la plupart des années. Par conséquent, les chantiers navals ne seront pas en mesure d’effectuer les révisions futures dans le temps prévu. Qui plus est, la pandémie de coronavirus actuelle a causé des retards supplémentaires parce qu’elle a affecté la productivité des chantiers navals, ce qui devrait cette année se traduire par une baisse de la productivité des chantiers navals de l’ordre de 5 %.

https://news.usni.org/

 

 

 


Imprimer cette page

À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*