Machines et Equipments MFO

En Vedette
Sécurité et roulements

juin 2, 2022  By Douglas Martin


Photo: © Alexey Rezvykh / Adobe Stock

Photo: © Alexey Rezvykh / Adobe Stock

Au fil des ans, il y a eu plusieurs situations inquiétantes en matière de sécurité des roulements, habituellement pendant l’installation ou le démontage des paliers.

Montage des paliers en sécurité

Dans les industries papetières et minières, il arrive souvent que l’on utilise des paliers de grand diamètre. La première étape consiste à mettre les paliers debout pendant que l’on retire l’emballage.  Cela amène un risque d’inclination du roulement qui, par le fait même, peut provoquer des blessures graves. Il est alors conseillé de s’assurer que le palier est élingué à une grue suspendue, même si c’est de manière un peu lâche, de sorte que si le roulement se renverse, ce dernier sera rattrapé par l’élingue.

Advertisement

Il faut appuyer les roulements sur l’arbre et ne pas frapper le roulement avec un marteau

À cause de son degré de fragilité, l’acier présent dans paliers peut également présenter un risque. Par exemple, en donnant un simple coup de marteau, cela peut alors causer une rupture dans les morceaux de l’acier qui pourraient alors éclater et faire l’effet d’un obus. Les morceaux peuvent traverser le tissu des vêtements du mécanicien et pénétrer la peau.

Entraînement mécanique des roulements sur un manchon conique
Les roulements à alésage conique sont montés dans un manchon de serrage conique. Une force est nécessaire pour faire monter le roulement dans le manchon et on utilise souvent l’écrou pour y pousser le roulement. Une clé à molette est souvent l’outil recommandé. Cependant, comme la taille du roulement augmente, la clé doit être frappée pour faire tourner l’écrou. Il faut soit frapper une clé spécialement conçue à cet effet ou soit utiliser une chasse appliquée sur les fentes de l’écrou.

Ce qui arrive souvent c’est qu’un des mécaniciens tient la chasse et que l’autre frappe la chasse avec un marteau de forgeron. C’est à ce moment qu’un faux coup dans un endroit restreint peut causer une blessure au détenteur de la chasse.

Une méthode plus sûre serait d’utiliser l’écrou hydraulique pour faire monter le roulement dans le cône. Cependant, comme pour toute utilisation d’un système hydraulique à haute pression, il faut se tenir à l’écart de la ligne de feu (c’est-à-dire dans la ligne de déplacement en cas de défaillance d’un raccord hydraulique).

Utilisation de la chaleur pour installer des roulements

Peu importe la méthode de chauffage utilisée, les roulements doivent être chauffés à une température d’environ 100°C. Il y a donc un risque élevé de blessure ou de brûlure pour l’utilisateur qui pourrait échapper le roulement à cause de la douleur. Il faut toujours utiliser des gants isolés/résistants à la chaleur pour manipuler des roulements chauffés pendant leur installation.

La méthode la plus sécuritaire pour chauffer un roulement est l’utilisation d’un appareil à induction. Ce type d’appareil arrête de chauffer complètement à une heure ou une température donnée. Par contre, les appareils de chauffage par induction créent un champ magnétique qui peut affecter les stimulateurs cardiaques ou d’autres appareils électroniques.

D’un autre côté, l’utilisation d’un bain d’huile n’est plus à la mode, car ce dernier présente des risques en termes de vapeurs et de stockage d’un fluide chaud. De plus, un roulement enrobé avec l’huile pose des problèmes pour un levage sécuritaire.

Aussi, le chalumeau/la flamme directe n’est pas recommandé pour la santé du roulement, en plus de présenter un risque pour l’homme. La flamme étant très chaude, elle peut créer des points chauds sur le roulement, ce qui, si la structure du matériau est modifiée, peut provoquer une fracture du roulement et ainsi présenter une surface tranchante.

Insertion de la graisse dans le roulement

Comme la graisse est un produit pétrochimique et qu’elle contient un certain nombre d’additifs réactifs, il est important de porter des gants afin de créer une barrière contre les risques chimiques potentiels d’absorption par la peau.

Par exemple, un excès de graisse sur un actif qui est fréquemment graissé peut provoquer des zones glissantes sur le sol, à l’endroit où la graisse (ou l’huile de lubrification) tombe. Il s’agit certainement d’un problème d’entretien ménager, mais qui est également lié au roulement.

Démontage des roulements

Lorsqu’il s’agit de retirer un roulement de l’arbre, le moyen le plus rapide est parfois de le couper. On utilise alors un coupe-disque (zip cutter), un chalumeau ou un dispositif de soudage à l’arc. Parce qu’avec ces méthodes il y a toujours le risque de déclencher un incendie, de nombreuses organisations exigent un permis de travail à chaud pour se charger de ce type de tâche. Il va sans dire qu’au retrait d’un roulement à l’aide de tels outils présentent des risques élevés d’incendie.

Bien que moins évident, le danger existe aussi pendant la découpe d’un commutant des roulements des joints en viton. Pendant ce processus, la température étant élevée cela pourrait causer le dégagement de fumées toxiques. À cet effet, toute graisse ou huile résiduelle présente un danger en termes de fumées toxiques, sans compter le fait que des matières créées pendant le processus pourraient aussi être mélangées à la graisse. Par exemple, les granulés de soufre peuvent s’infiltrer dans la graisse d’un roulement défaillant à partir d’un convoyeur de soufre.

Les joints en FKM (caoutchouc fluoré) exposés à une flamme nue ou à des températures supérieures à 300°C présentent un risque pour la santé et l’environnement. Ils restent dangereux, et ce, même après avoir été refroidis. Cela s’applique également aux joints en PTFE qui, s’ils sont exposés à des températures supérieures à 300°C, comme le feu ou la flamme nue d’un chalumeau, dégagent des fumées dangereuses. Une fois que les joints ont été chauffés à une telle température, ils sont dangereux à manipuler, même après avoir refroidi. Ils ne doivent donc jamais entrer en contact avec la peau.

Comme indiqué ci-dessus, l’acier à roulement est renforcé et peut se fracturer. Les surfaces de fracture peuvent être tranchantes comme des rasoirs et constituent un danger lors de la manipulation. Des gants anti-coupures appropriés devraient être portés pour retirer ou manipuler des roulements gravement endommagés.

Dans certaines applications, il est recommandé d’utiliser des boîtiers et des roulements de très grande taille. Par exemple, quand on parle d’un roulement dans une aciérie qui a un diamètre d’arbre de 42 pouces, les boîtiers et les roulements pèsent quelques milliers de livres. Il y a quelques années, un incident s’est produit pendant le démontage du boîtier. La masse du boîtier étant soutenue par un camion-grue Hiab, on essayait de pousser le boîtier à l’aide d’un vérin hydraulique. Ce dernier a été coincé, ce qui a forcé l’opérateur du Hiab a utilisé la grue pour exercer une traction supplémentaire. En se décoinçant, le boîtier a violemment pivoté, écrasant ainsi le conducteur de la grue Hiab contre son camion.

Bien que cette histoire soit une exception, elle illustre quand même bien le fait que lors de la manipulation de roulements, il est primordial d’utiliser les bons outils à chaque étape du processus. Un travail bien planifié avec les bons outils est toujours plus rapide et plus sûr pour les techniciens qui l’effectuent.
________________
Basé à Vancouver, Douglas Martin est un ingénieur en machinerie lourde qui se spécialise dans la conception d’équipements rotatifs, dans l’analyse des défaillances et dans la lubrification. Vous pouvez lui joindre en écrivant à l’adresse : mro.whats.up.doug@gmail.com.


Imprimer cette page

Advertisement

Stories continue below


À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*