Machines et Equipments MFO

En Vedette
Temps de service maximal

Honda of Canada Manufacturing a recours à la maintenance préventive et prédictive pour s’assurer une production continue.


30 mars 2021
Par Mario Cywinski

Photos : gracieuseté de Honda of Canada Mfg

En 1986, Honda Motor Company fut le premier constructeur automobile japonais à construire une usine de production au Canada, inaugurant Honda of Canada Manufacturing (HCM) à Alliston en Ontario. L’usine a commencé par fabriquer la berline intermédiaire Honda Accord. Ce modèle, qui n’est plus fabriqué à cet emplacement aujourd’hui, a fait place à deux modèles très populaires : la Honda Civic berline et coupé (et les versions Si) ainsi que le CR-V. Ce dernier modèle vient répondre aux demandes croissantes pour les véhicules utilitaires sport (VUS) et les véhicules multisegments. L’usine produit également des moteurs à quatre cylindres de 2,0 et 2,4 litres utilisés par ses installations et celles d’une usine en Indiana.

Au total, un nombre imposant de 400 000 véhicules et 260 000 moteurs y sont produits chaque année. Étonnamment, lorsque l’usine a ouvert ses portes, elle produisait huit véhicules par jour. Aujourd’hui, ce nombre a légèrement augmenté… il est maintenant de 1670 par jour.

Que fait-on exactement à l’usine?

Advertisement

Les opérations effectuées varient considérablement, mais en voici quelques exemples : découpage de la tôle, emboutissage, soudage, peinture, moulage par injection de plastique, moulage de l’aluminium, usinage de l’aluminium, usinage des métaux ferreux, sous-assemblage et assemblage de véhicules, assemblage de moteurs, essais de véhicules et assurance qualité.

Photos : gracieuseté de Honda of Canada Mfg

Combien d’espace faut-il pour construire les véhicules et les moteurs? L’usine cumule une superficie de 4 millions de pieds carrés sur un terrain de 890 acres. Au total, elle a mobilisé un investissement en capital de 4,7 milliards de dollars, et elle emploie plus de 4 000 personnes.

Des installations de cette taille, avec l’envergure de ses activités, nécessitent beaucoup de maintenance. Avec autant de machines, pièces mobiles, robots, et ainsi de suite, le risque de temps d’arrêt s’avère omniprésent. L’équipe de maintenance de HCM est chargée de veiller à ce que les temps d’arrêt soient aussi proches de zéro que possible.

Pour savoir comment tout cela a été rendu possible, MRO s’est entretenu avec Mike Riddall, CMRP, CRL, responsable de la maintenance des équipements au service de la planification technique chez HCM.

Maintenance, Réparation et Opération : Combien de robots sont-ils en fonction dans l’usine?

Mike Riddall : Nos installations comptent plus de 1100 robots, dont la plus grande concentration se trouve dans nos services de soudage, avec environ 800 unités. Les robots utilisés ont une capacité de charge utile allant de 4 à 900 kilogrammes. Ils sont utilisés pour une combinaison de tâches, dont la manutention, le soudage, la peinture, la distribution d’adhésif, l’inspection, le meulage et la  fixation. Ils sont conçus par plusieurs fabricants, notamment ABB, Fanuc et Yaskawa.

Photos : gracieuseté de Honda of Canada Mfg

MRO : Quelles sont les machines utilisées à l’usine?

MR : De nombreux types d’actifs sont utilisés pour fabriquer nos produits. Les types les plus courants comprennent les robots, les convoyeurs, les systèmes de transport de pièces, les presses, les extrudeuses, les pompes, les réservoirs, les machines CNC, les outils de fixation, les compresseurs et divers appareils de test et d’inspection personnalisés.

Au total, nous comptons plus de 60 000 actifs répertoriés dans notre logiciel de gestion de maintenance assistée par ordinateur (GMAO). Plusieurs d’entre eux sont soumis à des stratégies de maintenance développées pour augmenter leur durée moyenne de fonctionnement avant défaillance (MTBF) et pour prolonger leur longévité.

MRO : À quoi ressemblent l’entretien, les réparations et la remise en état de ces machines?

MR : Les actifs soumis à des plans de maintenance suivent différentes stratégies pour assurer le bon fonctionnement de leurs activités. Parmi celles-ci, on peut noter les suivantes :

  • Maintenance préventive – Il s’agit des tâches de nettoyage, de lubrification, d’inspection et de remplacement programmé des composants.
  • Maintenance prédictive – Se regroupent ici les tâches qui ont recours à un appareil pour évaluer l’état de l’équipement, en y mesurant des éléments tels que la chaleur, le couple, la contamination de la lubrification, les vibrations ou le son. Ces lectures visent à repérer des modifications susceptibles d’annoncer une défaillance imminente. Si une modification est détectée, il s’en suivra une analyse. Il s’avère assurément rentable de réduire les défaillances à haut risque des actifs essentiels comme les compresseurs, les presses et les appareils de levage de grande taille.
  • Remise en état programmée – Cette stratégie vise à optimiser l’état de l’actif et prolonger sa durée de vie. Cette option est réservée aux actifs plus imposants ou essentiels dont le remplacement n’est pas rentable, pas plus que l’obsolescence. La décision de remise en état repose sur plusieurs facteurs, notamment le coût de maintenance de l’actif et ses valeurs de MTBF.

La plupart des activités de maintenance planifiées sont effectuées pendant les fins de semaine ou en dehors des périodes de production (quart de nuit), à l’exception de certaines mesures de maintenance prédictive réalisées en cours de production.

La majorité des activités de maintenance préventive requiert une heure ou moins par tâche, et nous essayons de limiter leur durée totale à quatre heures. Les remises en état se déroulent généralement les fins de semaine ou lors des arrêts programmés de l’usine, et elles nécessitent plusieurs semaines de planification préalable et de préparation pour les exécuter sans erreur.

MRO : Est-ce des personnes attitrées qui s’occupent des activités de MRO dans l’usine?

MR : Oui. Un  nos services est responsable de l’inventaire de MRO de l’usine. Les services de production ont néanmoins accès à des distributrices de pièces automatiques pour accéder rapidement et facilement à de nombreux composants courants.

MRO : Selon vous, quelle est la plus grosse dépense de l’usine en matière de MRO?

MR : En ce qui concerne la maintenance planifiée, comme les activités de maintenance préventive, les filtres, les câbles flexibles et les batteries représentent des quantités considérables sur une base régulière. En ce qui a trait à la maintenance non planifiée (pannes), le prix de l’outillage robotique et des composants internes des robots peut monter rapidement.

Photos : gracieuseté de Honda of Canada Mfg

MRO : À quelle fréquence les machines sont-elles remplacées?

MR : Les gabarits, matrices, moules et outillages adaptés au modèle de véhicule fabriqué sont remplacés à chaque changement de modèle majeur ou environ tous les quatre à cinq ans. Pour les équipements de base tels que les convoyeurs, les robots et les compresseurs, les actifs sont maintenus jusqu’à l’obsolescence ou jusqu’à ce que le coût d’exploitation devienne trop élevé. En règle générale, les robots ont une durée de vie de 15 à 20 ans. Les actifs plus volumineux comme les presses et les convoyeurs durent généralement plus de 30 ans.

MRO : Possédez-vous des machines autonomes? Si oui, quelles sont leurs fonctions?

MR : Dans nos services d’assemblage de véhicules, nous utilisons un petit nombre de véhicules autonomes sans conducteur pour déplacer les composants assemblés des zones de sous-assemblage vers la chaîne d’assemblage principale. Plusieurs de nos grands processus de fabrication hautement automatisés fonctionnent en mode automatique, mais ils nécessitent une certaine supervision et une prise en charge externe pour assurer leur fonctionnement ininterrompu.

Photos : gracieuseté de Honda of Canada Mfg

MRO : De combien de pièces de rechange disposez-vous, et comment sont-elles stockées/remplacées?

MR : Notre magasin central contient plus de 62 000 articles. Cela n’inclut pas l’inventaire des distributrices de pièces automatiques installées dans nos différents services, lequel est géré par les fournisseurs.

MRO : Pouvez-vous nous parler des activités à l’usine?

MR : Pour demeurer rentable et compétitive, HCM s’est fixé des objectifs d’efficacité de production très élevés. Par exemple, dans nos services d’assemblage, nous ciblons moins de sept minutes d’arrêt des équipements par changement de quart de travail. Cela nécessite une efficacité de l’équipement ou un temps de service approchant les 100 % lorsque plusieurs machines sont interreliées dans une configuration synchrone.

Étant donné que nous devons continuellement nous améliorer, nous continuons à travailler ensemble pour éliminer sans relâche les pertes résultant de nos activités. Cela inclut la conception de nouveaux équipements offrant une fiabilité, une disponibilité, une maintenabilité et une durabilité accrues; l’évolution de nos programmes de maintenance afin d’accroître la capacité de détection des défauts; et, plus important encore, la responsabilisation de nos collaborateurs pour que les défectuosités soient détectées dans leur zone de travail. Cet effort combiné, ajouté à nos valeurs fondamentales, permet à HCM de réussir et se démarquer dans son milieu.
____________

Mario Cywinski est rédacteur en chef du présent magazine et de sa publication soeur anglophone Machinery and Equipment MRO. Il est membre de l’Association des journalistes automobile du Canada (AJAC) et juge au Canadian Truck King Challenge. Il cumule plus de 10 ans d’expérience en rédaction et plus de 15 ans dans l’industrie automobile ainsi que dans le secteur des petites entreprises.


Imprimer cette page

À propos

Mots clés



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*