Machines et Equipments MFO

Nouvelles
Pour une maintenance plus sécuritaire


4 mai 2021
Par MFO Personnel

PHOTO: andresr / Getty Images.

Les plus récentes statistiques de la Federal Aviation Administration indiquent que les erreurs de maintenance des avions sont causes des accidents environ 20 % du temps. Ce qui fait dire à Hokey Min, titulaire de la chaire James R. Good en stratégie de la chaîne d’approvisionnement mondiale et professeur à la Bowling Green State University (BGSU), que « la pratique consistant à extraire les pièces nécessaires des avions existants pour les utiliser pour des réparations sur d’autres avions s’est avérée réduire l’efficacité de la maintenance ».

Utiliser des pièces d’un autre avion pour résoudre un problème dans un avion qui se prépare pour le vol est une pratique acceptée dans les industries des compagnies aériennes militaires et commerciales et est appelée « cannibalisation ».

Le professeur Hokey Min et ses collègues de l’Institut de technologie de l’US Air Force, Thomas O’Neal, Daniel Cherobini et Seong-Jong Joo, ont collaboré à l’étude « Benchmarking Aircraft Maintenance Performances Using Data Envelopment Analysis », publiée en novembre 2020, qui s’avère être de l’une des premières études sur la maintenance des avions qui considère la pratique de cannibalisation comme une variable spécifique pour évaluer l’efficacité de la maintenance des avions.

Advertisement

« Avec cette étude, j’ai essayé d’envoyer un message selon lequel, bien que les gens de l’industrie pensent que l’habitude du cannibalisme est acceptable parce que c’est une norme de l’industrie, mais ce n’est plus acceptable », a déclaré Hokey Min.

L’analyse d’enveloppement des données (DEA), la méthodologie utilisée pour l’étude, est souvent utilisée pour mesurer l’efficacité opérationnelle. Dans l’étude dont il est ici question, cette méthodologie a servi à évaluer les performances des programmes de maintenance d’avions afin de suggérer les meilleures pratiques de l’industrie.

Le professeur Min souligne par ailleurs que « l’étude n’a pas pour but de mettre qui que ce soit sous un mauvais jour, d’autant plus que la pratique de cannibaliser les pièces de maintenance / réparation des avions existants n’est pas rare. Cependant, il a souligné que le but de l’étude était de sauver la vie des gens ».

« Les avions sont composés de dizaines de milliers de pièces différentes, a-t-il déclaré. Habituellement, lorsqu’une partie d’une voiture ne fonctionne pas, la voiture s’arrête. Lorsqu’une pièce tombe en panne dans un avion, il est possible que cela provoque un crash et la mort des équipages et des passagers de l’avion. »

https://www.bgsu.edu/news


Imprimer cette page

À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*