Machines et Equipments MFO

En Vedette
La maintenance des trains

Des produits et des pratiques.


9 décembre 2021
Par Pierre Deschamps

Photo: Norbar Torque Tools

Les trains ont la cote. Pour preuve, ici le REM. En France, la construction de nouvelles lignes TGV et des investissements dans du matériel destinés aux lignes régionales et locales. Au Royaume-Uni, l’État reprend le contrôle des chemins de fer. En Chine, deux lignes à grande vitesse ont été mises en service au tout début de ce mois. Ou encore le constructeur Alston qui s’est vu remettre en Allemagne deux prix de design : le German Design Award pour son train à très grande vitesse Avelia Horizon et le Deutscher Nachhaltigkeitspreis Design 2022 (prix allemand du design durable 2022) pour son train à hydrogène Coradia iLint.

Et on pourrait continuer à allonger cette liste qui pourrait s’avérer aussi longue qu’un convoi de marchandises sans fin.

Qui dit matériel roulant, dit dans la foulée programmes de maintenance de toutes ces belles machines dont quantité de composantes sont sollicitées à chaque déplacement. Pour réaliser diverses prestations de travail en maintenance de matériel ferroviaire, il faut toutefois pouvoir compter sur un outillage adéquat. À ce propos, voici deux nouveautés en cette matière qui méritent qu’on s’y attarde.

Advertisement

Tout d’abord, intéressons-nous un instant à un outil unique conçu par la société britannique Norbar Torque Tools. Pour répondre aux exigences du métro de Londres pour le retrait et le remontage des boulons de montage du coupleur inter-voitures sur la flotte de la ligne Victoria, le département d’ingénierie de cette firme spécialisée a développé un outil assez unique, le Pneutorque PTS.

Le Pneutorque PTS est doté d’un entraînement spécialement développé qui est mince, long et décalé, utilisant une série d’engrenages disposés en ligne. Sa boîte de vitesses est fournie avec des bras de réaction à changement rapide afin d’atteindre tous les boulons et de prendre en toute sécurité la réaction de couple. La boîte de vitesses à corps en aluminium et la tête d’outil peuvent être positionnées sur le boulon avant l’accouplement de l’unité d’entraînement, ce qui réduit considérablement le poids total à soulever et facilite grandement le positionnement.

Pour sa part, Astronics propose sa nouvelle série ATS-5000 de solutions de test et d’assistance fonctionnelle. Ces solutions offrent la capacité organique pour des programmes de vérification de conception, de test ou de diagnostic simples et internes en laboratoire, en usine, dans un dépôt ou sur le terrain, évitant ainsi des temps d’arrêt coûteux et économisant des coûts de réparation inutiles.

Cela dit, les façons de faire se modifient constamment en maintenance de trains. Ainsi, en Allemagne, la Deutsche Bahn s’est récemment lancée dans l’impression 3D industrielle de pièces et d’outils pour la réparation des trains. À cette fin, l’entreprise a installé de puissantes imprimantes 3D grand format dans ses ateliers de maintenance à Nuremberg et à Neumünster. Sur ces sites, le personnel pourra concevoir et imprimer ses propres outils ainsi que des pièces de rechange en plastique pour les trains. Une décision qui vaut à la Deutsche Bahn d’avoir en tout temps des pièces de rechange à portée de main et de résoudre de nombreux problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement et à la pénurie de matières premières.

En Allemagne toujours, des chercheurs du Fraunhofer Institute for Laser Technology ILT œuvrent actuellement au développent d’un système de capteurs alimenté par l’intelligence artificielle (IA) qui surveille sans fil et en continu l’état des composants imprimés en 3D présents sur un train.

Les applications de la technologie intégrée aux capteurs comprennent les mécanismes de porte de train, les amortisseurs primaires et les chapeaux de palier d’essieu. L’objectif ultime du système de capteurs alimenté par l’IA est de signaler si, quand et où un remplacement ou une réparation est nécessaire.

Au Royaume-Uni cette fois, Network Rail possède, exploite et développe 20 000 milles de voies ferrées, 30 000 ponts tunnels et viaducs, et des milliers de signaux et de passages.

Pour maintenir en état tous ces éléments, la société a lancé Intelligent Infrastructure (II), un programme de transformation quinquennal (2019-2024) axé sur la transformation des données en informations intelligentes afin d’améliorer les services aux passagers. Pour ce faire, ce programme donne aux équipes de maintenance les informations dont elles ont besoin pour corriger de manière proactive les pannes avant qu’elles ne provoquent des retards.

En analysant ces données, les équipes peuvent prédire quand, où et pourquoi les défauts sont susceptibles de se produire. Cet avertissement peut être de 28 jours, 90 jours ou même un an avant qu’une réparation ne soit nécessaire.

Cette information donne aux équipes de maintenance le temps de planifier leur travail lorsqu’il est le moins perturbateur ; il leur donne la possibilité de regrouper les tâches pour tirer le meilleur parti de leur temps et de leurs ressources sur site, et leur donne une visibilité sur les taux de dégradation et un accès à l’historique de maintenance des actifs ferroviaires.

https://www.alstom.com/
https://www.norbar.com/
https://www.astronics.com/
https://www.deutschebahn.com/en
https://www.ilt.fraunhofer.de/en.html
https://www.networkrail.co.uk/


Imprimer cette page

À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*